Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Regards et Partage...

Un regard plus spirituel

Publié par Gisèle sur
Publié dans : #l'Islam des soufis, #Henry Corbin
Une ascension plutôt qu'un chemin d'évolution douloureux. L'Islam des Soufis. Henry Corbin.

Les tensions croissent dans le monde entre les divers partis, et les sentiments de bas étage risquent de prendre le dessus.

Sentiments qui reposent sur la religion mais qui n'ont aucun rapport avec quelque chose de divin ou d'élevé.

Sentiments qui bouillonnent dans le sang, qui s'enflamment dans la colère et l'indignation et dépouillent l'homme de la sérénité et de la clarté de jugement qui lui permettraient de résoudre raisonnablement les problèmes.

Il est de la plus haute importance que l'homme réfléchi s'en préserve.

Cela, il le peut quand, par la connaissance, il maintient en lui l'indispensable calme intérieur et une liaison véritable authentique.

Lecteurs, ne soyez pas rebutés par certains termes arabes dans le texte d'Henry Corbin présenté ici, texte où cet éminent érudit met en évidence le caractère véridique, universel et absolument pur de l'islam des soufis.

L'aventure de notre monde, c'est l'aventure de quelqu'un qu'il s'agit de faire remonter du fond du puits.

De moment en moment, il atteint à un certain niveau du puits : de niveau en niveau, il atteint au niveau supérieur.

Chaque fois il a sous ses pieds le niveau dépassé.

Quiconque sait regarder avec l'organe de la vue intérieure verra ainsi sous ses pieds les temps passés, de plus en plus opaques, denses et ténébreux tandis que, jour après jour, continue de monter le temps, se rapprochant de la Volonté primordiale et devenant plus lumineux, plus subtil.

Représentons-nous un être qui descendrait du Ciel et pénétrerait dans la Sphère de l'air élémentaire : descendant encore, il pénétrerait dans la Sphère de la vapeur atmosphérique : descendant encore, il pénétrerait successivement dans la Sphère des nuées, puis dans l'eau de l'océan, puis dans les entrailles de la Terre.

Alors on lui dirait : "Maintenant, remonte".

Le voici qui s'élève, sort de l'obscurité de la Terre, pénètre dans la Sphère de l'eau, en traverse la densité, et successivement franchit les Sphères des nuées et de la vapeur.

Emergeant de cette dernière, il pénètre dans l'air à l'état pur.

Ses yeux contemplent tout alentour : il respire à longs traits : il est délivré des étroitesses où l'on étouffe : il s'abandonne à la détente d'une immense quiétude : il respire enfin à l'aise.

Et bien ! telle est précisément l'histoire spirituelle de notre monde.

Car ce monde était descendu jusqu'au sein de la Terre, lorsque à l'époque d'Adam il lui fut dit "Maintenant, remonte"

cette remontée, il est en train de l'effectuer : il n'est pas encore délivré des pesanteurs et des aspérités, des ténèbres et des brumes.

Il n'a pas encore émergé à l'air pur.

Car ces lieux où nous sommes sont la demeure des ténèbres.

Et c'est dans les ténèbres qu'il y a lieu de chercher une religion, de pratiquer une certaine conduite, de professer une certaine croyance.

Mais une fois sortis de ces brumes et ayant pénétré dans l'air pur, les hommes contemplent le soleil de la Face de l'Ami, l'Imâm : ils en contemplent les lumières à découvert et sans voile, sans avoir à dissimuler.

Car les lois ne sont plus des lois : la religion n'est plus religion : les institutions ne sont plus des institutions.

Mais alors, ce qu'il faut, c'est que nous-mêmes parvenions au niveau spirituel où l'Ami, l'Imâm, devient visible.

L'Imâm ne peut pas nous y précéder.

Si l'Imâm arrivait avant que nous soyons capables de le reconnaître, il n'en résulterait aucun bienfait pour nous.

Comme le disent ces vers :

"L'Ami est plus proche de moi que moi-même. Mais, chose plus étrange, moi, je suis loin de lui".

Si l'Imâm venait avant que nous-mêmes soyons là, c'est-à-dire avant qu'il y ait quelque chose de changé dans notre mode l'être, nous ne le verrions même pas : ce ne nous serait d'aucun profit : ce serait même contradictoire à la sagesse.

En revanche, lorsque notre capacité spirituelle a changé et que nous sommes transformés, cela veut dire que nous avons gagné en hauteur.

Car, selon ce que nous avons dit, il nous faut sortir du puits : il nous faut gagner en hauteur pour atteindre à ce lieu où l'Imâm devient visible.

Et le nom de ce lieu, dans la langue des théosophes -ahl-e hikmat), c'est HÛRQALYÂ.

Extrait du Pentagramme 5 propos d'Henry Corbin.

image : la célèbre mosquée rose Nasir al Molk de Shiraz en Iran

"Quand la lumière du soleil scintille à travers les vitraux multicolores des ogives en mosaïque, elle crée un merveilleux jeu de couleurs sur le sol recouvert de tapis persans".

À propos

“Nous sommes nombreux à avoir un regard différent, disons plus spirituel sur notre monde. Ce blog se veut un essai pour communiquer cette vision plus sereine et conforme à l’essence de l’être humain.”

Rédigé par Regards et Partage

Hébergé par Overblog