Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Regards et Partage...

Un regard plus spirituel

Articles avec #regard sur la feminite catégorie

Publié par sur
Publié dans : #citations, #regard sur la féminité

Peut-être devons-nous demander, en un dernier courage, aux femmes gardiennes de l'eau, du feu, de la terre, de la vie,

de gravir les grandes éminences sacrées et faire offrande au crépuscule du reste de notre ferveur,

pour que demain ne soit pas sans lumière...

Pierre Rabhi

L'OFFRANDE AU CREPUSCULE
Publié par Axelle sur
Publié dans : #regard sur la féminité

16/02/13

La création de la Femme

En hébreu homme se dit ish et femme isha. Celui que la Bible nomme Adam n’est pas l’homme en tant que représentant mâle de l’espèce humaine, c’est l’Homme en tant que Principe.

Adam a été façonné avec la poussière de Adama, la terre, mélangée à l’eau. L’hébreu n’est pas la seule langue à associer l’être humain à la terre, humain et humus proviennent également de la même racine.

Mais Adam n’est pas uniquement matière puisque Dieu lui a donné la vie en soufflant dans ses narines. L’être humain est donc formé de 2 énergies distinctes : la matière (féminine) et le souffle divin (masculin) qui l’anime ; on peut dire aussi que l’humanité est féminine face au Dieu masculin qui lui insuffle la vie.

Au moment de la création de la femme, Adam va se nommer lui-même du nom de Ish, la partie masculine de l’humain, et il va nommer sa partie féminine Isha.

On peut les entendre comme étant l’homme (Ish) et la femme (Isha), mais on peut le voir à un autre niveau. Ish serait alors être sa partie consciente, extérieure et Isha sa partie féminine intérieure, profonde et inconsciente.

En créant la femme à partir du côté d’Adam (le côté et non la côte !), Dieu permet à Adam d’opérer une dissociation et peut donc reconnaître ces deux parties de lui-même. Or, jusqu’à présent l’homme n’a jamais été nommé Ish, qu’il le sera encore dans le verset suivant et plus jamais ensuite.

Donc l’Homme, le Adam, contient les deux polarités masculine et féminine, Ish et Isha, et peut maintenant les dissocier, C’est l’être humain, homme ou femme, double – on pourrait même dire duel, au sens de porteur de la dualité, constitué :

• d’une partie masculine « extérieure », matérielle : Ish,

• et d’une partie féminine intérieure, spirituelle et immatérielle : Isha

On peut associer son autre « côté » obscur ou invisible Isha, à l’inconscient des psychologues, ou à une part d’inconnu, ou encore et peut-être surtout comme une part féminine qui peut accueillir et se laisser féconder par le Divin.

Après avoir dissocié Ish et Isha, il faut les faire communiquer ensemble, les mettre face à face. Symboliquement il s’agit de laisser Ish et Isha, s’épouser en nous pour atteindre l’unité dans l’androgynat intérieur propre à tout être humain.

Or, l’humanité fait le lien entre le Ciel et la Terre comme le disent aussi les Chinois. Elle fait le lien ou permet leur mariage en son sein ? Car si l’une des qualités évidentes du féminin est sa capacité à se faire réceptacle et matrice, c’est pour accueillir et faire croître, mais aussi transformer et transmuter ce qu’il accueille en son sein.

Lorsque l’on parle de Ish et Isha, on ne se situe pas encore dans un espace sexué. On est dans un espace ontologique puisque la matière qui nous constitue est ontologiquement féminine comme l’humanité l’est dans sa relation à Dieu qui est lui ontologiquement masculin, et qui peut donc l’épouser. Et la qabbale présente fréquemment le peuple hébreu comme la Isha de Dieu.

Regardons maintenant comment l’hébreu différencie Ish de Isha.

Les mots Ish et Isha possèdent deux lettres communes qui forment le mot esh : feu et une lettre spécifique à chacun.

Ish porte doublement le feu :

• en tant que esh, feu extérieur, objectif ou objet ;

• avec sa lettre spécifique yod, qui porte l’information en germe au cœur de nos cellules dans le feu de notre ADN et renvoie au sujet.

Dans Ish, les lettres du mot feu, esh, forment un écrin pour le germe de lumière du yod qui peut ainsi grandir comme le foyer tout petit lorsqu’on l’allume grandit jusqu’à devenir feu de joie.

Quant à Isha, puisque le féminin des mots se fait en plaçant un hé à la fin, Isha peut être entendue comme un feu féminin qui peut se laisser féconder par le feu masculin de l’Esprit.

Un midrasch (texte d’exégèse de la Bible) dit que lorsque Ish et Isha s’unissent, si la présence divine est au milieu d’eux, leur union perdurera, mais que si Dieu est absent, il ne restera que le feu extérieur, esh, qui dévore et détruit le couple.

Ish contient le feu/information en germe (yod) au cœur de son nom, mais on peut aussi considérer qu’en tant que part extérieure du Adam, il contient Isha (son autre côté, féminin du feu spirituel).

En permettant les noces intérieures de Ish et Isha, Adam permet à l’étincelle divine, au feu de l’Esprit de croître en lui. Adam devient Ish pour son Isha intérieure, comme Dieu est Ish pour Adam, l’humanité, Isha de Dieu.

 

 

15/02/13

En écho à cette belle réflexion, quelques lignes de "la femme solaire" de Paule Salomon :

 

" Toute femme est dépositaire d'une pépite d'or authentique qui lui permet

d'illuminer la vie humaine, la sienne et celle de l'homme... *Toute femme

est enceinte d'un soleil*. Une compréhension intime, originelle permet à la

femme d'accéder au coeur d'elle-même, à son essence, à une émanation

d'ordre subtil.

Cette essence féminine se communique par une vibration de vie et d'âme qui

parle directement à la nature de l'homme et le polarise vitalement,

affectivement et spirituellement...

Au moment où les valeurs ont besoin de refleurir dans les déserts du

confort et du stress, un visage de femme se dessine en pointillé dans le

schéma du futur ; il inspire et introduit les changements de valeurs dans

la civilisation...

...La femme solaire ouvre sur une civilisation éclairée"

 

merci pour ce beau partage

 

Michèle

15/02/13

Le féminin de l'être éprouve l'âme du monde, le féminin connait l'obstination aveugle de l'esprit du monde, ce principe corrompu qui

souille ce qui est BEAU et FRAGILE.

Pourtant un chant sacré que l'on peut percevoir et qui n'est pas un chant

constitués de « notes » s’étend et respire au cœur des choses au cœur du

tout.

Ce chant est un océan...sans limite ou le tout se réconcilie avec son

origine...

Chercher la force, la puissance sans l'amour.

Chercher l'ordre sans comprendre le féminin de l'être est la spécialité de

l'esprit du monde, ce monarque corrompu...

Merci Nadine pour ce beau texte,

Jean-Michel

 

13/02/13

Bonjour Nadine,

> Oui c'est magnifique et juste, merci pour ce partage Nadine

Oui chaque jour grandie en moi cette clairvoyance de la responsabilité des Femmes dans cette et sur cette Terre.....

Beaucoup de réflexions et de prises de conscience et partages à ce sujet.

Et si vous le voulez bien, je serais partante pour créer un groupe de

réflexions à ce sujet.

Nous savons tous, que l'action part du cœur et doit être pensée par des

têtes pour que nos mains et nos pieds puissent agir.

Alors oui portons au plus haut ce Féminin Sacré pour l'Amour de l'humanité

tout entière et pour cette Terre Mère qui nous offre tant de gratitude...

 Nous pouvons encore et maintenant tout transformer
 Et il nécessaire pour cela de se détourne  de tous les alarmistes et de
 tous les catastrophiques du plus petit au plus grand pour se  relier en
nous mêmes au principe créateur et faire les réparations et les pardons
  chacune à notre niveau dans notre vie.....
 et cela de cercle en cercle pourra toucher toute l'humanité.
 Toute une lignée de femme dans la génération ascendante et descendante.
 Alors restons éveillées dans nos cœurs, irradions cette chaleur autour de
 nous, pensons la Lumière dans nos cœurs et ressentons l'amour dans nos
 têtes....
Oui Oui OUI
 Martine

12 /02/13

Peut-être devons nous demander en un dernier courage aux femmes, gardiennes de l'eau, du feu de la terre, de la vie .
 De gravir les grandes éminences sacrées et faire offrande au
 Crépuscule du reste de notre ferveur pour que  Demain ne
  soit pas sans Lumière.
  de  Pierre Rabhi

Nadine

31/02/13

La Nature de la femme

- Je suis cycle, je suis mouvement, je suis Vie.

- Tu es nature. Va, vends tout ce que tu as. Et suis-moi.[i]

- Je suis la lune. Je suis Vierge lors de la lune ascendante, dans ma jeunesse. Je suis en quête de moi-même, de renouveau, la joie et l’inspiration m’envahissent. Mon printemps est pureté et intellect. La pleine lune -ronde comme mon ovule- me découvre Mère, ma maternité s’épanouit dans l’amour rayonnant, ma maturité me permet enfin d’être protectrice, nourricière, féconde. Mon été est manifesté. La lune descend et me fait vivre Enchanteresse, je suis magicienne, femme sage. L’âge est à l’automne des idées[ii], ma nature séductrice et impulsive peut aussi être sexualité, folie et destruction. L’initiation se vit dans le retrait ; jusqu’à la nouvelle lune, où mes règles apparaissent et me transforment en Sorcière. La vieille femme en moi vit de magie et de sagesse à l’heure où l’hiver est celui du défaire, du non-manifesté, de l’oracle.

- Mon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes ; elles me sont à charge. Lavez-vous, purifiez-vous.[iii]

- Je te livre mon âme telle qu’elle est, telle que tu me l’as fait découvrir.

- Tes lunes, ta nature cyclique est au service de l’Eternel en toi.

- Ma lune est réceptacle de l’Esprit. Mon sang est Tien. Ma maternité deviendra autre, elle sera céleste. L’aspect masculin et l’aspect féminin vivent en moi dans mon microcosme. L’aspect masculin de mon âme obéit car il sait, il connaît le plan divin. L’amour universel peut être dévoilé et manifesté grâce à sa dynamique et à sa volonté supérieure. Je l’accepte, je le vis. Et je suis femme. Je suis profondément calice dans cette vie. Je suis Graal. Mon utérus est une coupe dont le but ultime est de recevoir l’Esprit.

Sans les prêtresses, dans le processus de l’élévation,Pas de moissons libérées.[iv]

[i] Mathieu, 19 : 16-18
[ii] Baudelaire, Les Fleurs du Mal, « L’Ennemi »
[iii] Esaïe, 1 : 14-16
[iv] La Parole vivante, Catharose de Petri, dernier chapitre « La vocation de la femme »

La nature de la femme

À propos

“Nous sommes nombreux à avoir un regard différent, disons plus spirituel sur notre monde. Ce blog se veut un essai pour communiquer cette vision plus sereine et conforme à l’essence de l’être humain.”

Rédigé par Regards et Partage

Hébergé par Overblog