Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Regards et Partage...

Un regard plus spirituel

Publié par Gisèle sur
Publié dans : #regard sur un conte, #Blanche-Neige.
Blanche-Neige, un message du Graal, dans un conte.

Qu'est-ce que les contes ?

Quand ils sont authentiques, ils émanent de la source cosmique de la vérité éternelle.

De nombreux contes populaires sont des messages de l'âme, éveillant dans l'humanité une nostalgie : celle d'avoir à accomplir une mission intérieure secrète et créatrice.

Les contes illustrent, à l'aide d'images simples, ce processus de création.

Mais à notre époque peu d'hommes sont encore capables de comprendre intuitivement leur message.

C'est pourquoi on tente de dévoiler ce message de diverses manières.

Il y a des contes qui, tels des joyaux étincelants, donnent une connaissance profonde des mystères du Graal.

Ce sont ceux qui proviennent des écoles des mystères chrétiens du moyen-âge, contes destinés à transmettre leur contenu gnostique aux élèves d'alors beaucoup plus habitués que nous aux images et aux symboles.

Ces contes ne reflètent pas seulement le processus de développement naturel de l'âme dans le monde dialectique.

Ils témoignent aussi d'une intervention christique cosmique universelle, agissant partout et en tout, de l'intérieur vers l'extérieur et de l'extérieur vers l'intérieur, dans le microcosme comme dans le macrocosme.

Etant donné qu'ils émanent de la Gnose, ces contes présentent le triple processus universel selon la formule suivante :

1 - Tous les microcosmes proviennent, à l'origine, du Monde divin, que ce soit par leur chute ou par leur offrande d'amour (Ex Deo nascimur).

2 - Tous les microcosmes reliés au monde de l'espace-temps, soit par la chute, soit par leur offrande d'amour, passent par d'innombrables épreuves et purification et, avant leur retour, par le brisement du moi (In Jesu morimur).

3 - Après la renaissance parfaite de l'âme, ils s'élèvent hors de la nature de la mort et retournent dans le Monde divin par la force de l'Esprit vivant ( Per Spiritum Sanctum reviviscimus).

Dans un conte authentique, cette triple signature universelle est visible - n'en serait-ce que par un faible reflet.

Ces contes relatent un incident cosmique, comme la chute des esprits lucifériens ou l'offrande d'amour volontaire de la Fraternité christique.

C'est une réalité supérieure qui pénètre tout et à laquelle tout homme est relié consciemment ou non.

Blanche-Neige donne une image particulièrement belle et pénétrante de ce message cosmique.

A suivre, l'histoire de Blanche-Neige, un conte, un message du Graal.

Publié par Gisèle sur
Publié dans : #Blanche-Neige.
Blanche-Neige, un conte, un message Gnostique.

L'histoire commence au moment où la reine est en train de coudre devant une fenêtre encadrée de noir; elle se pique le doigt en regardant le paysage d'hiver et trois gouttes de sang tombent dans la neige.

Ce symbole apparaît aussi dans l'histoire de Parsifal.

C'est le symbole du Graal qui touche directement le coeur.

La neige représente la pureté, le silence, la virginité du principe récepteur de l'âme.

Le sang symbolise la force solaire créatrice, le feu divin.

Trois gouttes de sang dans la neige, c'est l'image de la triple offrande du Logos solaire, qui se manifeste par la sagesse, l'amour et l'activité de la Triple Alliance de la Lumière (Graal, Cathares et Rose-Croix).

Par leur offrande ces trois Fraternités témoignent de l'intervention cosmique christique.

Elles descendent dans l'abîme de la terre pour purifier et élever à nouveau, dans le champ divin de l'Esprit, l'âme humaine tombée (la Pistis Sophia) prisonnière de la matière.

Quand la reine voit les trois gouttes de sang sur la neige, elle souhaite avoir un enfant blanc comme la neige - symbole de la pureté - rouge comme le sang - symbole de la force d'amour et de la disposition au don de soi - et à la chevelure aussi noire que l'ébène.

Cette image préfigure un avenir caché où le Plan divin s'accomplira.

Ici encore se présentent trois aspects de la Fraternité universelle.

On peut voir la reine comme la mère divine originelle, ou substance originelle, la mère de toute sagesse, qui fait naître le principe pur et divin de l'âme au coeur de tous les mondes.

Ainsi Blanche-Neige, la petite Blanche-Neige, naît au coeur du microcosme.

Elle est le germe fragile d'une âme divine au milieu des forces de la nature.

Puis la reine meurt; la substance originelle se perd dans la conscience.

A sa place paraît la belle-mère, la marâtre, la matière cristallisée, séparée de Dieu.

Le paraître prend la place de l'être.

C'est l'image de la chute de l'âme omniconsciente dans l'inconscience de la matière grossière.

L'homme primordial s'est coupé du royaume de lumière de la mère originelle et doit donc subir la pitoyable épreuve qui le mène de la naissance à la mort.

Il tombe au sein de l'inconscience et du désir animal, et arrive dans la matière obscure et changeante, laquelle est illusion et, en tant que fausse mère, s'oppose à l'âme divine.

Le puissant instinct de conservation de cette mère la faite trembler continuellement pour son existence illusoire.

A suivre, la marâtre...

Publié par Gisèle sur
Publié dans : #Blanche-Neige.
Blanche-Neige, une histoire, un message gnostique.

La marâtre offre de nombreux aspects.

Elle personnifie, en particulier, les forces de la nature de la mort, avec tous ses désirs, toutes ses spéculations et ses imitations.

Ce sont les forces qui dépouillent systématiquement la Pistis Sophia de sa lumière.

C'est parce que l'homme, individuellement et collectivement, est relié à la marâtre et se nourrit de sa force fondamentale, que sa personnalité est porteuse de cette force.

On connaît le "moi" qui se met en avant; on connaît ses désirs, sa volonté obstinée, ses spéculations et ses ruses au service de son intérêt personnel.

C'est la marâtre en nous, l'ennemie de la petite Blanche-Neige, le principe divin de l'âme, la Rose du coeur.

Dans toutes les sphères du monde dialectique, l'homme expérimente la façon dont la marâtre s'efforce de sauver sa propre vie en attaquant ce qui est immortel.

Son angoisse incessante pour son existence personnelle illusoire et sa peur d'être démasquée doivent finalement avoir pour conséquence l'anéantissement complet du moi et de toute illusion.

La triple attaque de l'âme est sans cesse brisée par la triple offrande d'amour des forces de l'Ame-Esprit.

Mais avant que le plan de salut du Logos s'accomplisse, chaque individu assez mûr pour cela suit un difficile processus pour devenir conscient, processus radical et au plus haut point dramatique.

Dans le conte, Blanche-Neige grandit pendant sept ans et développe les forces naturelles de l'âme, jusqu'au jour où elle atteint la beauté et la maturité.

L'angoisse, la méchanceté et la jalousie de la marâtre augmentent.

Elle semble se douter que dans tous les domaines, extérieurs et intérieurs un être bien supérieur à elle, plus beau et plus puissant, est en train de s'éveiller.

Dans l'angoisse d'avoir à souffrir une défaite, elle se tourne vers le miroir de la neutralité, la conscience cosmique, qui reflète la réalité toute nue.

"Reine, tu es la plus belle ici. Mais Blanche-Neige est mille fois plus belle que toi," répond le miroir de la vérité.

Il n'est pas surprenant que la Reine soit dite "la plus belle ici", c'est-à-dire en ce monde où il est de règle que la personnalité se mette en avant, car Blanche-Neige, le principe de l'âme divine, n'est pas de ce monde !

La marâtre convoque le chasseur afin qu'il fasse mourir Blanche-Neige, celui-ci est compatissant et la laisse s'échapper dans la forêt, puis apporte à la marâtre le coeur et le foie d'un animal qu'il a tué.

Le chasseur représente l'intellect de l'homme, que la conscience de l'âme qui s'éveille doit amener au silence.

C'est ce qui est indiqué par un coeur refroidi et un foie inerte.

Car, dans le processus alchimique du changement de l'âme naturelle en âme divine consciente, le coeur et le foie sont les deux organes décisifs pour l'attraction et l'assimilation des forces éthériques supérieures ( les quatre nourritures saintes).

Ils sont également responsables de l'expulsion des matières nocives.

Le chasseur, l'intellect, est ici déjà devenu le serviteur de l'âme supérieure.

Il laisse Blanche-Neige partir par "compassion".

Il donne à la Reine, la marâtre, ce qui lui revient.

A suivre : les sept nains.

Blanche-Neige, une histoire, un message gnostique.
Publié par Gisèle sur
Publié dans : #Blanche-Neige.
Blanche-Neige, une histoire, un conte, "les sept nains".

Le chemin de Blanche-Neige la conduit maintenant à travers la forêt et sur sept montagnes.

L'âme qui aspire à la vérité s'éloigne du monde dialectique de la marâtre et arrive ainsi près de "la maisonnette des sept nains" qui se trouve "derrière les sept montagnes", dans un autre monde.

Cette image apparaît également dans les Upanishads. Elle symbolise le lotus du coeur, qui a sept pétales, sept forces et propriétés.

C'est aussi une allusion au sept cavités cérébrales où, comme dans la mine, l'or spirituel doit apparaître à la lumière.

Les sept nains sont les sept instruments dont l'organisme humain dispose, les sept forces de sagesse qui collaborent à la recréation de l'homme-âme-esprit.

Blanche-Neige mange dans sept petites assiettes, boit dans sept petits gobelets et dort dans un des sept petits lits des nains.

La nouvelle conscience de l'âme qui s'éveille se nourrit de sept nouvelles forces, boit et mange les nourritures saintes de l'Esprit Septuple Universel ; elle trouve la paix et la sécurité.

Dans les contes, les nains sont souvent dotés d'une sagesse présente dans la conscience de l'homme sous une forme rudimentaire, limitée et réduite.

Les sept Rishis de l'Inde, les sept Boddhisattvas qui reviennent sans cesse et les sept Sages de la Grèce antique cachent le même symbole.

Ce sont les sept forces cosmiques de la vérité du passé originel, qui ont collaboré au développement des sept cavités cérébrales et du foyer de conscience de l'être humain.

Mais il y a aussi une force sptuple de sagesse nouvelle qui, par la descente du Christ cosmique, trouble la Rose du coeur et prépare l'homme au chemin de croix des Roses.

La "maisonnette des sept nains" peut se rapporter aussi à la manifestation dans la matière d'une école des mystères.

On y travaille avec zèle afin que le processus de la triple mort et de la triple victoire de l'âme s'accomplisse dans l'aspirant aux mystères.

La marâtre parvient à la conscience de l'âme qui s'éveille, dans la plus grande confusion.

A sa question il lui est répondu : "Reine, tu es la plus belle ici, mais Blanche-Neige, derrière les sept montagnes, chez les sept nains, est mille fois plus belle que toi"!

Maintenant l'ennemi de l'âme, l'instinct de conservation dialectique, est appelé à la rescousse et le "moi" collectif et individuel passe à l'attaque de l'âme.

Les forces de la nature de la mort élaborent trois plans meurtriers.

Ce triple processus d'anéantissement entre en action quand le principe de l'âme est éveillé dans le coeur du lotus et collabore avec les forces qui extraient l'or dans les cavités cérébrales.

La marâtre, déguisée en marchande, se rend à la maisonnette des nains et offre à Blanche-Neige un joli corset. "Laisse-moi te lacer bien serré"!

Et Blanche-Neige s'abandonne aux forces d'imitation sous la pression de la fausse morale de ce monde.

De nature pure et divine, elle ne soupçonne pas le mal.

Elle laisse la marâtre serrer si fort le corset qu'elle tombe "comme morte" sur le sol.

Les forces d'imitation se cachent sous un aspect de "bonhommie".

Mais elles ne sont qu'apparence, armées de la morale ordinaire qui n'est pas autre chose qu'une culture sans vérité essentielle;

Elles promettent le ciel, la puissance, le bonheur et le bien-être terrestres sur la base de la formule "oeil pour oeil et dent pour dent".

Les corsets de la marâtre sont connus de tous.

Le monde dialectique en possède un grand arsenal.

Ils déterminent le sang, la moralité, la mentalité, le caractère de l'individu et de la culture, de même que les guerres entre les peuples.

A notre époque, ils accablent l'humanité intérieurement aussi bien qu'extérieurement; c'est la contamination chimique et radioactive, la nourriture que les humains sont contraints de consommer.

Partout des matières nocives provoquent la dégénérescence et la cristallisation, et conduisent à l'asphyxie systématique de l'âme.

L'humanité éprouve tout cela plus ou moins consciemment.

A suivre : La marâtre, et la pomme.

Publié par Gisèle sur
Publié dans : #Blanche-Neige.
les trois épreuves, de Blanche-Neige, un conte du Graal.

Mais l'homme sur le chemin de la libération s'en rend compte de façon pleinement consciente.

La "marâtre" en lui le saisit sans cesse par des sentiments d'angoisse, de vanité, fantasmes contraignants, qui bloquent parfois la conscience de l'âme en train de s'éveiller et la privent du souffle vital nécessaire.

Mais s'il entretient une liaison consciente avec la force septuple de la Gnose, celle-ci manifeste aussi sa force libératrice.

Les sept nains libèrent Blanche-Neige de son corset.

La force de sagesse septuple redonne à la conscience de l'âme en germe le souffle vital nécessaire.

Mais quand le miroir de la vérité avertit la marâtre de la résurrection de Blanche-Neige, elle entreprend avec rage de perpétrer un deuxième meurtre.

A nouveau déguisée, elle tente de peigner Blanche-Neige avec un peigne empoisonné.

"Laisse-moi te coiffer joliment' lui dit-elle.

Blanche-Neige, malgré l'avertissement des sept forces de la sagesse, ne soupçonne toujours pas le mal et se laisse peigner avec le peigne empoisonné des forces d'imitation de la fausse idéalité, de telle sorte qu'elle tombe encore une fois "comme morte".

La première tentative d'assassinat est dirigée contre le foyer émotionnel, le coeur et les organes de la respiration.

La deuxième est dirigée contre la tête, foyer des centres nerveux de la pensée.

Depuis la chute des microcosmes et leur jonction avec l'homme-animal, la volonté arbitraire obstinée de l'homme consume son activité cérébrale.

En effet, la pensée véritable reliée à l'Esprit a disparu.

Les créations mentales sont spéculatives et expérimentales.

Ingouvernables, incontrôlées, entièrement orientées sur la conservation du moi, elles ne sont plus les ornements de l'homme, "couronne de la création"!

A l'égal du peigne empoisonné, elles tuent l'âme.

Quand la marâtre entend dire pour la troisième fois que Blanche-Neige vit encore, elle entreprend alors sa troisième tentative pour la faire mourir.

Cette épreuve est fondamentale.

La nature dialectique entière, la nature séparée de Dieu, est résumée dans le symbole de la pomme empoisonnée, laquelle va s'attaquer à l'âme qui s'éveille, au coeur du microcosme.

En tant que répétition de la chute originelle, ce fruit est le symbole de toutes les forces de fascination et d'imitation.

Ces forces doivent finir par détruire l'âme.

A la fin d'une période de manifestation, la marâtre porte également la main sur les matériaux de construction cosmiques, en vue d'utiliser les énergies cosmiques de la fission de l'atome pour se maintenir et conserver sa propre puissance.

Une période finale de cette sorte est toujours placée sous le signe de la pomme empoisonnée, laquelle est l'instrument de la chute d'un monde supérieur dans un monde inférieur.

La volonté personnelle de l'homme s'empare d'un "fruit" qui ne lui appartient pas, ou pas encore parce qu'il lui causerait dommage.

Les sept forces de sagesse qui, au cours du développement de l'humanité, se sont formées lentement ne sont pas suffisantes pour éveiller le principe de l'âme de Blanche-Neige.

Pour délivrer l'âme de l'impuissance où l'a mise le péché originel, il faut qu'intervienne la loi cosmique suprême.

C'est la raison pour laquelle le Christ, c'est-à-dire la force universelle suprême de l'Esprit, s'est offert et descend jusque dans la nature de la mort pour pénétrer dans le coeur de tout être qui s'ouvre à Lui.

Et c'est pourquoi la conscience-Jésus dit : "Le Père et moi sommes un" et "sans moi vous ne pouvez rien".

A suivre : le cercueil et le fils du Roi.

Publié par Gisèle sur
Publié dans : #Blanche-Neige.
Blanche-Neige, un message du Graal dans un conte.

Dans le conte, Blanche-Neige est considérée comme morte par les sept nains, qui la pleurent.

Ils la mettent dans un cercueil de verre portant son nom en lettres d'or.

Ils le portent sur une haute montagne, où Blanche-Neige, exposée dans toute sa beauté merveilleuse, est veillée par les chouettes, les corbeaux et les colombes.

L'âme de l'homme qui chemine à travers les profondes ténèbres de la marâtre et souffre consciemment de l'impuissance où l'a mise le péché originel, est ensevelie dans un tombeau comme Christian Rose-Croix.

Cette enveloppe cristalline porte les lettres d'or de la pureté et est scellée hermétiquement.

Dans ce cercueil de verre qui, véritable symbole du Graal, représente également le nouveau corps éthérique, le vêtement de lumière, s'accomplit le miracle alchimique de la transfiguration : le parfait rétablissement du microcosme originel.

Dans ce cercueil de verre, l'âme veille à la réalisation suprême de l'or de son nom.

Sur la haute montagne - symbole du crâne - le processus de la transfiguration se poursuit dans le cercueil hermétique gardé par trois animaux des mystères représentant la triple-Fraternité universelle.

La chouette symbolise la sagesse.

Le corbeau se rapporte au discernement, à la pré-souvenance et à la compréhension d'un avenir encore inconnu.

La colombe représente l'offrande l'amour et l'union de l'âme et de l'Esprit.

Ces trois forces protègent le processus alchimique de transfiguration, elles correspondent aux trois périodes, ou aux "trois jours" qui précèdent la résurrection.

A suivre le fils du Roi.

Publié par Gisèle sur
Publié dans : #Blanche-Neige.
Fin du conte de Blanche-Neige, l'histoire de la Vie.

Le conte relate ensuite que le fils du roi trouve le cercueil de Blanche-Neige.

Saisi par la beauté immatérielle de Blanche-Neige, il demande le cercueil aux sept nains, qui ne veulent pas le lui donner "pour tout l'or du monde".

Cependant, comme le prince ne peut plus vivre sans Blanche-Neige et veut la vénérer comme sa bien-aimée, les nains lui en font présent.

Il fait alors porter le cercueil dans son royaume par ses serviteurs.

En chemin ceux-ci trébuchent sur une "pierre" grâce à laquelle "la pomme empoisonnée" sort de la bouche de Blanche-Neige qui s'éveille dans la vraie Vie.

L'Esprit qui donne la vie, le fils du roi, se tourne vers l'âme pour l'éveiller du triple sommeil et la ramener "à la maison" dans le champ de vie originel.

Les sept forces instructrices de la conscience, les "nains", sont relayées auprès de l'âme par le mystère le plus intérieur, lequel rayonne sur le microcosme en tant que réalité suprême et absolue, à partir du centre du macrocosme.

Ce relais des anciennes forces de sagesse a lieu également sur le plan cosmique.

Les sept nains n'abandonnent pas à la marâtre l'âme confiée à leur soin, ils ne le feraient pas "pour tout l'or du monde" .

Mais ils se retirent volontairement et offrent à l'Esprit christique l'âme universelle dans son nouveau corps éthérique - le cercueil où gît Blanche-Neige.

La force suprême de l'Esprit prend maintenant la direction pour éveiller l'âme divine et l'amener chez elle dans le champ de vie originel.

Afin que ce plan réussisse, le principe fondamental de l'impiété, symbolisé par la pomme empoisonnée, doit sortir de l'âme renouvelée.

C'est pourquoi "la pierre", la dernière étape à franchir, est là, cristallisée dans la conscience en développement.

Et l'homme ne l'aperçoit que lorsqu'il trébuche sur elle.

Alors le dernier reste d'impiété cède et est rejeté du système renouvelé.

La pierre devient la "pierre angulaire" de la nouvelle conscience christique, la pierre des sages, qui fait de la résurrection de l'âme divine une réalité absolue!.

Le conte finit bien.

Blanche-Neige et le fils du roi retournent au Royaume du Père et célèbrent leur mariage dans la splendeur et la gloire.

Les noces alchimiques de l'âme et de l'Esprit, le retour de la monade à son origine divine, sont finalement accomplies.

L'âme-Esprit ressuscitée trouve sa réalisation dans la conscience christique cosmique universelle.

Le triple plan de sauvetage du Logos a réussi.

Ce plan de sauvetage vaut pour l'humanité entière et sera un jour réalisé.

Mais chacun pris individuellement est appelé à le réaliser en lui-même, librement et consciemment.

Par lui-même, l'homme ne peut pas devenir Christ.

Qu'advient-il de la "fausse mère" ?

Il faut rendre à César ce qui est à César.

La personnalité, ne cessant de se mettre en avant, va en dansant sur des charbons ardents au-devant de sa propre condamnation et s'écroule sous le coup de son propre jugement.

Le temps où l'humanité entière reçoit l'invitation aux noces alchimiques est arrivé.

Mais qui peut se soustraire entièrement à l'emprise de la marâtre ?

Ce sont ceux qui comprennent le message du Graal à travers l'histoire de Blanche-Neige, qui suivent l'appel et y répondent dans leur propre vie.

Blanche-Neige, un message du Graal dans un conte.

À propos

“Nous sommes nombreux à avoir un regard différent, disons plus spirituel sur notre monde. Ce blog se veut un essai pour communiquer cette vision plus sereine et conforme à l’essence de l’être humain.”

Rédigé par Regards et Partage

Hébergé par Overblog