Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Regards et Partage...

Un regard plus spirituel

Publié par Gisèle W sur
Publié dans : #L'Homme et la Femme.

Chaque monade contient donc les forces masculines et féminines de l'Esprit.

On peut donc dire que la force positive et la force négative ont dans chaque courant monadique la même valeur bien que, dans le courant monadique masculin, ce soit la force positive qui est dynamique : alors que dans le courant monadique féminin, c'est la force négative qui est dynamique.

De ce fait, selon l'enseignement universel, il existe à l'origine deux courants monadiques qui oeuvrent en parfaite collaboration.

C'est ainsi que, par l'union de ces deux forces, la vie est manifestée, réalisant ainsi une triade supérieure.

On peut se représenter cette manifestation parfaite de la vie de cette manière : 

La triade supérieure s'accomplit dans un perpétuel mouvement de création, et de réalisation.

Il s'agit d'une création qui se renouvelle et se perpétue sans cesse, car les formes sont constamment dissoutes et recréées dans une synthèse supérieure.

C'est ce qui se passe dans toute la création, c'est le principe alchimique "Solve et Coagula", c'est-à-dire "dissoudre et réunir".

Nous touchons là au mystère même de la vie, et nous allons nous y arrêter un moment si nous voulons comprendre comment, dans cette dynamique, le supérieur et l'inférieur réalisent ce principe.

Il existe, en effet, un rapport direct entre le courant supérieur, c'est-à-dire la vague de vie monadique, l'humanité originelle, et le courant inférieur, c'est-à-dire la vague de vie humaine qui s'exprime dans notre monde terrestre.

Le principe alchimique "Solve et Coagula" illustre le rapport qui existe entre la vie et la mort.

Mais il y a une grande différence quand ce principe se manifeste dans ce que nous pourrions appeler l'état de vie originel ou quand il se manifeste dans notre monde déchu et cristallisé qui ne se comporte plus en concordance avec le plan divin mais selon une orientation égocentrique, c'est-à-dire autoconservatrice.

Dans le courant de vie originel, tout processus de vie, tout développement, se réalise par une transformation continuelle d'une structure existante en une nouvelle manifestation : rien n'est figé, tout se transforme en un continuel renouvellement.

Le processus apparent de la mort par la dissolution est un processus qui mène à la vie.

Par contre, sur le plan de vie terrestre, notre plan de vie, ce processus s'accomplit, mais de manière ralentie, freiné dans son élan par le fort égocentrisme qui caractérise le courant de vie humain.

Le processus de dissolution devient un brisement qui mène à la mort, de sorte que puisse être créée une nouvelle possibilité de vie.

A suivre, 

Livre : de Rose-Marie et Michel COHEN.

 

À propos

“Nous sommes nombreux à avoir un regard différent, disons plus spirituel sur notre monde. Ce blog se veut un essai pour communiquer cette vision plus sereine et conforme à l’essence de l’être humain.”

Rédigé par Regards et Partage

Hébergé par Overblog