Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Regards et Partage...

Un regard plus spirituel

Publié par Nous sur
Publié dans : #Nous sommes vécus
Des Fleuves d'Eau Vive, la Voie du Coeur. De    S.M.

Dans le silence d’une nuit de novembre 1984, j’entendis distinctement ces mots provenant de la région du cœur :

« Prends ton stylo et écris. »

Ainsi fut rédigée La Voie du Cœur. Au moment d’en écrire la préface, la voie familière me fit savoir ceci :

« Ce message doit paraître tel qu’il est. N’y rajoute aucun commentaire. »

Quelques mois plus tard me furent dictés les pages « des Fleuves d’Eau Vive. » La même recommandation me fut adressée :

« N’ajoute rien à ces lignes. »

Qu’il en soit ainsi.

S.M.

4ème page de couverture :Ce petit ouvrage surprendra bien des consciences, suscitera doutes et critiques mais apportera à ceux qui cherchent vraiment la paix, la nourriture dont il ont besoin.
L’émouvant appel que Dieu adresse aux hommes à travers ce message, est de nature à bousculer bien des préjugés, car il est d’une simplicité déconcertante. Ce n’est point d’un aliment pour l’esprit dont il s’agit mais bien d’une nourriture pour le cœur.
Puisse chaque homme, de quelque race, philosophie ou confession qu’il soit, déceler à travers ces lignes, la tendresse et l’amour qui y sont contenus.
S.M.


« Vous êtes la lumière du monde. »

(Mt. 5, 14)

« Je suis la lumière du monde.

Qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres

Mais aura en lui la lumière de la vie. »

( Jn. 8, 12)

O toi qui lis ces lignes,

Crois-tu en Ma promesse ?

Ton cœur Me répond « oui »

Qu’attends-tu pour Me suivre ?

Ne sens tu pas que Je t’appelle ?

- Mais qui est ce Je

Qui m’appelle ?

Je te le dis :

Ce Je qui t’appelle n’est autre que toi-même.

  • Mais alors je suis deux ?

Non Mon enfant tu es un.

Un avec Moi, qui suis le Christ en toi.

Qui crois tu que Je sois ?

Un être différent

Placé en toi pour t’éclairer ?

Non mon enfant,

Je te le répète,

Je suis en toi.

Je suis l’être que tu es réellement.

Non celui que jusqu’à présent tu t’es imaginé être.

Je suis l’être de lumière que tu es en vérité.

Je suis Dieu en toi,

Et toi et Moi sommes

Un.

Je veux ouvrir ta conscience,

Éclairer ton cœur.

Pour cela J’ai besoin de toi,

Besoin de ton accord,

Besoin de ton aide,

De ta confiance,

De ton abandon.

Abandonne tes habitudes,

Tes théories sur Dieu.

Dieu n’est pas une théorie.

Prépare-toi

Pour l’enseignement nouveau que Je te destine,

Le seul qui soit réellement pour toi

Et que Je te donnerai de l’intérieur.

C’est de ton cœur que te parviendra la vérité.

Uniquement de ton cœur.

Apprends à m’écouter.

Fais le silence dans ta tête

Paisiblement.

Retire-toi dans le temple de ton cœur.

Fais le chaque jour,

Le plus souvent possible,

Jusqu’à ce que tu entendes Ma voix

La voix de l’esprit en toi

La voix du Christ en toi.

Mais sache que si tu ne m’entends pas,

Dans la rencontre silencieuse de nos deux cœurs,

Là où ne se trouve plus qu’un seul cœur,

Je t’enseigne.

Je peux t’enseigner de multiples façons :

Soit en te faisant entendre Ma voix,

Soit en répondant à tes questions

Par le truchement d’un livre que tu ouvriras au « hasard ».

Il se peut aussi qu’une personne ou un évènement t’apporte la réponse attendue.

Quelle que soit la façon dont tu obtiens cette réponse sache que c’est Moi qui te la donne.

Pour qui sait regarder, tout est signe, tout est réponse.

Alors soit attentif.

Apprends à vivre au présent.

Sois présent à ce présent

Qui est en toi et que Je suis.

Tu ne peux vivre

Ni hier

Ni demain.

Vis maintenant

Vis ici là où tu te trouves

Maintenant,

Quelle que soit l’activité que tu exerces

Et sache que Je suis en toi.

Garde présente à ton esprit l’idée que Je suis en toi.

Ainsi tu peux penser toujours :

Le Christ vit en moi,

Ici, maintenant.

Sois présent à Ma présence

Ainsi tu trouveras la paix.

Aie foi en Ma promesse

Et tu ne marcheras pas dans les ténèbres.

Ainsi, lorsque tu te demandes

Si ta place est dans cette église ou

Dans cette autre église,

Prends conscience que ta place n’est nulle part ailleurs

Que dans Mon cœur,

Ton cœur et Mon cœur étant un seul cœur.

De cette façon et de cette façon seulement,

Tu seras guidé vers le lieu qui te convient le mieux.

Tout est dans ton cœur

Tout ce dont tu as besoin est dans ton cœur.

Si tu sais cela,

Tout jaillira de ton cœur

De Mon cœur

Et les choses s’organiseront d’elles-mêmes.

Tout est dans ton cœur.

Rien ne sort de ton cœur.

La foi est un don de Dieu

Et ne saurait se perdre.

Ce que tu perds parfois,

C’est la sensation

D’avoir la foi.

Ne te fabrique pas une fausse foi.

Demande-moi la foi

En sachant qu’avant ta demande

Je te l’ai donnée.

Sache que tu as reçu

Ce que tu as demandé

Et tu le verras s’accomplir.

Confie-toi en moi et j’Agirai.

Ne cherche pas à te fabriquer de fausses fois, de fausses humilités,

Un faux amour.

Songe à ces paroles de Jésus Christ :

« De moi-même Je ne puis rien faire. »

Laisse-moi te donner

La foi

L’humilité,

L’Amour.

Demande-les-moi et crois que tu les as reçus.

Demande et tu recevras.

Ne te prends pas pour un sage.

Ne cherche pas la connaissance

Telle que l’enseignent les hommes.

Demande la pureté du cœur.

Recherche en toi l’enfant,

Et souviens toi de ces paroles : « Je te bénis, Père, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits. »

Regarde les enfants ;

Ils t’enseigneront.

Toute connaissance

Qui ne vient pas du cœur

Éloigne de Dieu.

Seul compte le cœur.

Mets ton intelligence au service du cœur et non l’inverse.

Ne crains pas dans ton cœur.

Qu’il n’y ait jamais de peurs, de doutes en toi.

Si cela arrivait,

Sache que c’est pour toi

L’occasion

De te rapprocher de Moi.

Confie-moi ces peurs

Confie-moi ces doutes.

Tout cela n’est qu’apparence et disparaîtra de soi-même.

Face à tes peurs

Face à tes doutes

Viens à moi

Et Je te donnerai le repos.

Toi qui es las,

Fatigué

Viens à moi

Et Je te donnerai le repos.

Viens à moi sans réserve

Viens à moi tel que tu es

Sans chercher à me plaire

Je t’aime tel que tu es.

Je n’ai pas condamné le larron sur la croix.

Je ne te condamne pas non plus.

Qui que ce soit que tu condamnes

Sache que c’est toi Qui te condamnes.

Ne condamne pas,

Aime.

Voici le premier commandement :

« Tu aimeras le Seigneur ton dieu de tout ton cœur,

De toute ton âme et de tout ton esprit. »

Et le second

QUI LUI EST SEMBLABLE :

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

As-tu compris pourquoi ces deux commandements sont semblables ?

Parce que si je suis toi Je suis aussi ceux que tu appelles « les autres »

Et tous êtes Un en Moi.

Il n’y a pas d’autre en vérité.

Il n’y a que Moi ;

Tu ne peux aimer Dieu

Et haïr ton prochain,

Ce prochain étant lui aussi Un avec Dieu.

Ne juges pas selon les apparences.

Quel que soit le visage de « l’autre »

Sache qu’il porte en lui la plénitude de Dieu.

Mais tu ne peux aimer que de mon amour,

C'est-à-dire en Me laissant aimer à travers toi.

Ceux que tu ne parviens pas à aimer

Demande-moi de les aimer

A travers toi.

Ainsi tu aimes.

Comme je t’ai pardonné,

Pardonne à ceux qui t’ont offensé.

Cela est difficile parfois

Et rarement sincère.

Prends simplement conscience

Que si je t’ai pardonné

Je leur ai aussi pardonné leurs erreurs.

Sachant que Dieu leur a pardonné

Continueras-tu à les haïr ?

La haine enchaîne.

En libérant l’autre

De ta haine pour lui,

C’est toi mêmes que tu libères.

Si tu es calomnié,

N’oublie pas que je l’ai été le premier.

Si tu sais voir le sens de la médisance

De la calomnie à ton égard

Tu y verras

Une occasion de bénir

Ceux qui te maudissent.

Tu verras fondre ton orgueil

Tu connaîtras la joie d’aimer ceux qui te haïssent.

En rompant le cercle infernal de la rancune et de la haine

En aimant tes ennemis

Tu contribueras aussi

A les libérer de leurs chaînes.

Lorsque tu te demandes

Quelle direction prendre,

Lorsqu’un choix se présente à toi

Prends conscience que je suis en toi

Que je te guide et te protège.

Sois en assuré.

Ainsi quel que soit le chemin que tu auras pris

Tu sauras que c’était le bon chemin.

Je suis le chemin

Dans ce chemin tout est bien

Toujours.

Demande que ce soit Moi et non toi qui choisisse

Et il en sera ainsi.

Je suis le chemin

La vérité et la vie.

Je suis la vie.

Derrière toute apparence

Je suis.

Je suis la vie qui anime l’arbre,

La pierre,

L’oiseau.

Il n’y a qu’une vie.

Je suis la vie, une,

Indivisible.

Mon enfant,

Tout ce que j’ai est à toi.

Si tu ne peux encore le comprendre,

C’est que ta personnalité

Reste encore attachée aux choses de ce monde.

Il te faut tout perdre pour tout gagner.

Tu dis :

« C’est difficile de tout perdre. »

Là encore c’est ta personnalité qui revendique ce travail ;

Confie-moi ce travail

Avec la certitude

Que je l’accomplirai.

Viens à moi simplement

Comme un petit enfant.

Lorsque tu as établi en toi

La certitude que

Je suis en toi,

Dans ton cœur

Que toi et Moi sommes Un

Que je puis

A travers cette certitude

Aimer ceux

Qui viennent à toi,

Alors tu as atteint cet état de prière, de communion,

Qui permet à la paix

De se déverser à travers toi.

Alors je puis te donner la paix,

Non celle que le monde donne,

Mais Ma paix.

Ta prière consiste à savoir que

Je suis en toi.

Je suis en toi

Dans toutes les circonstances de ta vie,

Dans les obstacles comme dans les joies

Et c’est en reconnaissant Ma présence

Dans ces obstacles comme dans ces joies

Que ta vie devient joie

Car ces obstacles ne sont qu’apparence,

Comme ces joies d’ailleurs

Qui sont sans commune mesure

Avec la joie infinie que Je suis.

Il t’est difficile de croire

Que c’est par amour

Que tu vis certaines épreuves.

Pourtant je te le dis,

Depuis que je t’ai ouvert mes bras

Ta vie toute entière

Est animée par l’amour que tu portes en toi.

Tu te demandes souvent comment prier.

Que ta prière soit une reconnaissance De Ma présence en toi.

Reconnaître, c’est re-naître

C’est co-naître

C’est naître avec moi le Christ en toi

C’est avoir de la reconnaissance Pour tout ce que tu vis

Car tout cela t’est donné par amour.

Ta prière c’est de savoir

Où que tu sois

Quoi que tu fasses,

Que je suis en toi et que je t’aime.

Ta prière, c’est de me reconnaître

En toutes tes voies

Et d’être joyeux à l’idée

Que J’ai prévu ces voies pour toi.

Est-il plus important

De savoir si « l’autre se trompe » ou

Si tu es dans la vérité ?

Cherche d’abord le royaume de Dieu et Sa justice

Et ne condamne pas

Au nom d’une justice

Que tu ignores.

Dans ton cœur brille une flamme

Que nul ne peut éteindre.

Cette flamme qui illumine ton cœur,

C’est Ma lumière déposée en toi de toute éternité.

Cette flamme doit grandir jusqu’à illuminer ta

Conscience toute entière.

Moi seul puis la faire grandir

A condition que tu te donnes à Moi entièrement.

Tu ne peux donner de toi-même.

Prétention de l’homme qui croit donner !

L’homme ne peut donner

Qu’en se donnant lui-même à Moi

Qui seul puis donner.

Abandonne-toi

Pour que je donne.

Regarde la flamme d’une bougie,

Elle éclaire le lieu où elle se trouve

Sans faire d’effort.

C’est Ma vie qui l’anime.

Elle ne cherche pas à éclairer

Un endroit plutôt qu’un autre.

Ainsi ne cherche pas toi non plus

A savoir qui a besoin de lumière.

Tu ne peux le savoir.

Moi seul le sais.

C’est pourquoi Je t’emmène

Toi qui portes Ma lumière

Dans les endroits où elle m’est nécessaire.

S’il t’arrive d’être entouré de ténèbres

Ne crains pas pour ta personne

Mais sache que tu es là

Précisément pour les dissiper.

Ainsi le chemin ne consiste plus

A éviter les ténèbres

Mais à me laisser répandre

Ma lumière par ta présence.

Dis-toi que je veille sur toi

Petit enfant

Et que je ne permettrai pas

Qu’on te perde.

Sache-toi aimé,

Protégé, guidé

Et tout sera bon pour toi.

Reconnais-moi en toutes tes voies

Et j’aplanirai les sentiers.

Mon enfant,

Il Me faut maintenant te faire comprendre

Par le cœur

Que toi et Moi sommes UN.

Qu’il n’y a pas toi et Moi

Mais Moi

M’exprimant à travers toi.

C’est à moi qu’il appartient de t’éclairer.

C’est pourquoi Je te le redis :

Viens à moi sans réserve.

La vérité est dans ton cœur.

Écoute la voix de ton cœur.

Le royaume est en toi Dans ton cœur.

Il est pour les petits enfants

Et ceux qui leur ressemblent.

En toutes circonstances

Viens à Moi

Au centre de ton être.

Tu ne peux savoir

Ce qui est bon pour toi.

C’est pourquoi Je te demande

De Me donner ta vie,

De me confier tes affaires

Tes amours, tes problèmes

Tes joies, tes peines, ta santé, ta famille.
Aime Dieu par-dessus to
ut

Et le reste te sera donné par surcroît.

Ne te soucie pas de ce surcroît,

Car ton Père sait que tu en as besoin.

Aie foi en Sa parole.

« Comme toi Père tu es en moi

Et moi en toi,

Qu’eux aussi soient en nous,

Afin que le monde croit que tu m’as envoyé.

Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée,

Pour qu’ils soient un

Comme nous sommes un :

Moi en eux et toi en moi afin qu’ils soient parfaits dans l’unité,

Et que le monde reconnaisse que

Tu m’as envoyé

Et que tu les as aimés

Comme tu m’as aimé »

(Jn17 ; 21-23)

Lorsque tout semble s’écrouler autour de toi,

En toi,

Lorsque ta foi chancelle,

Lorsque ton amour pour ton prochain

Te semble inexistant,

Lorsqu’il ne t’est plus possible

De louer Dieu,

Sache qu’à ce moment précis,

Il agit,

Te dépouillant de ta fausse foi

De ton faux amour,

Te montrant l’hypocrisie de ta louange

La foi est un don de Dieu

De Sa foi tu peux croire

De sa grâce, tu peux Lui rendre grâce

De Son amour tu peux aimer.

Il te faut tout perdre

Pour tout gagner.

Pour te libérer de tes chaînes

Il Me faut parfois

T’en faire sentir le poids.

Je te donnerai un cœur nouveau,

Dépouillé

De ce qui n’est pas véritablement toi

Mon enfant bien-aimé.

Encore une fois

Je te le redis,

Viens à moi

Comme un petit enfant.

Confie-Moi tout ton être.

Ainsi tu pourras être.

« Comme il est difficile d’aimer…

Comme il est difficile de croire…

Comme il est difficile de tout perdre…. »

Pour qui est-ce difficile ?

Pour toi

Qui penses faire ces choses seul.

Mais pour Moi qui n’attends que de te combler

Penses-tu que cela soit difficile ?

Cela l’est dans la mesure

Où tu cherches à réaliser

Toi-même

Toutes ces choses.

Demande-les-Moi.

Avant que tu aies demandé, J’aurai répondu.

Ne limite pas ce que je veux te donner.

Ne limite pas l’expression de Mon amour.

Petit enfant prodigue,

Je t’attends

Le cœur grand ouvert.

Laisse-Moi illuminer ton âme,

Laisse-Moi ouvrir tes yeux.

De ton cœur comblé d’amour,

Jaillira l’eau vive

La source où s’abreuveront

Ceux qui ont soif,

Pour qu’enfin

L’Enfant revienne à la vie.

S .M.

À propos

“Nous sommes nombreux à avoir un regard différent, disons plus spirituel sur notre monde. Ce blog se veut un essai pour communiquer cette vision plus sereine et conforme à l’essence de l’être humain.”

Rédigé par Regards et Partage

Hébergé par Overblog