Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Regards et Partage...

Un regard plus spirituel

Publié par Nous sur
Publié dans : #Les Noces Alchimiques de Christian Rose-Croix.
Le Deuxième Jour, "Hors d'ici, indignes !"

Malgré de nombreuses bifurcations - vraisemblablement des détours -

j'arrivais toujours à garder la bonne direction grâce à ma boussole, car je ne voulais pas dévier d'un pas du méridien, bien que le chemin fût parfois si rocailleux et encombré d'obstacles que j'avais souvent des doutes.
En marchant, je pensais continuellement à la colombe et au corbeau, sans en comprendre la signification.
Enfin, je découvris dans le lointain, sur une haute montagne, un portail splendide, vers lequel je me hâtai, bien qu'il se trouvât loin, très loin de ma route, que le soleil disparût déjà derrière les montagnes et que je n'aperçusse au delà ni refuge
ni abri.

J'attribuai cela à Dieu seul, qui aurait tout aussi bien pu me laisser poursuivre ma route en frappant mes yeux de cécité afin que je ne visse pas le portail !
Comme je l'ai déjà dit, je me dépêchai et l'atteignis alors qu'il faisait encore jour; je pus donc examiner tout ce qui m'était nécessaire.
C'était un portail exceptionnellement beau, un portail royal, orné d'une multitude de scènes et de symboles gravés magnifiques, dont chacun, comme je l'appris plus tard, avait sa signification particulière. Tout en haut, était fixée une plaque d’assez grande taille portant cette inscription:
« Procul hinc procul ite, prophani ! »
(Éloignez-vous, si vous n'êtes pas digne !)
et d'autres paroles encore, qu'il m'est formellement interdit de révéler.
Dès que j'arrivai au portail, apparut subitement quelqu'un qui portait un vêtement bleu ciel; j
e le saluai aimablement.

Il répondit à ma salutation mais exigea d'emblée ma lettre d'invitation.

O que je fus content de l'avoir emportée avec moi ! J'aurais pu si facilement l'oublier, comme cela était arrivé à d'autres, à ce qu'il me dit.

Je lui montrai rapidement la lettre et non seulement il en fut très content mais il me témoigna
un grand respect, ce dont je m'étonnai fort, et me
dit:

«Entrez-donc, frère, vous êtes pour moi un hôte bienvenu ! ».
Ensuite, il me demanda de lui révéler mon nom, et quand je lui eus répondu que j'étais un frère de la Rose-Croix rouge, il fut très surpris et se réjouit en même te
mps.

Il me demanda alors:

« Frère, n'avez-vous rien pour vous acheter un insigne?».

Je lui répondis que ma fortune était mince, mais que s' il trouvait sur moi quelque chose qui lui plût, il pourrait bien le prendre.

Comme il désirait ma gourde d'eau, je la lui offris et il me donna en échange un insigne d'or, sur lequel étaient gravées deux lettres : S.C. :( Spes, Charitas: Espérance, Amour).

Il m'adjura de penser à lui, car cela me serait très salutaire .

Quand je lui demandai combien de personnes étaient entrées avant moi, il m'en informa .

Christian Rose-Croix progresse sur le chemin, le chemin qui lui est destiné, qui lui a été indiqué par la voix de l'Ame, à laquelle il obéit spontanément.

L'on nous conte avec quel sérieux, avec quelle précision extrême il se dirige. Il ne veut pas dévier du méridien, fût-ce d'un pas. Il y a tellement de chemins de traverse et la route est souvent si raboteuse et mal frayée qu'il doute d'être sur la bonne voie.

Celui d'entre vous qui suit le chemin, après sa visite au sanctuaire intérieur, le sanctuaire des trois cèdres, peut comprendre parfaitement cela, et le ressentir avec C.R.C. Car de temps en temps, en cours de route, on doute effectivement d'être sur la bonne voie.

Alors, il n'y a rien d'autre à faire que d'écouter avec acuité la voix de l'Ame.

Et, une fois de plus, l'on verra bien si l'on a assez de foi et de confiance pour la comprendre exactement et parfaitement.

Tous les candidats sur le chemin sont, par moments, en proie à l'angoisse.

L'angoisse est l'un des obstacles majeurs, elle vient du champ de respiration, de l'être aural.

Dans le champ de respiration planent des nuages d'angoisse, qui tentent périodiquement de vous submerger.

Chaque fois que vous vous laissez envahir par la peur de vivre, par exemple, vous vous engagez sur un chemin de traverse.

C'est pourquoi il faut sans cesse méditer de nouveau la leçon de la colombe et du corbeau, qu'elle soit toujours au centre de votre intérêt et de votre vigilance. Guidé par la voix de l'Ame et totalement oublieux de vous-même, dévouez-vous en servant.

Si vous vivez dans l'oubli de vous-même, l'angoisse n'aura plus de prise sur vous et vous ne penserez plus à vous.

Il faut apprendre cela par l'expérience.

La voix de l'Ame a trois tonalités, elle exerce trois actions.

Il serait peut-être plus exact de parler de trois voix.

Durant la croissance de l'Ame, trois voix se font entendre progressivement. Elles correspondent à trois Mystères, les trois Mystères gnostiques cités dans le chapitre précédent.

La première voix commence à se manifester quand la radiation gnostique peut pénétrer dans le sanctuaire du coeur et, par la Rose, éveiller la compréhension intérieure dans le sanctuaire de la tête.

La deuxième voix commence à parler quand la force de cette Ame, la force gnostique, exerce son pouvoir sur votre champ de respiration: quand la radiation gnostique transperce le manteau sidéral. L'organe physique correspondant est le foie.

La troisième voix de l'Ame, qui correspond au troisième Mystère gnostique, commence à se faire entendre quand le courant de force gnostique touche le corps éthérique, lequel travaille en collaboration avec la rate dans le corps physique.

La voix de l'Ame parle trois langages, celui des trois Fraternités que nous avons déjà désignées comme la Fraternité de la Rose-Croix, la Fraternité des Purs et la Fraternité du Saint-Graal.

C.R.C.a déjà démontré sa maîtrise de l'un de ces trois langages au moins, le langage du coeur, du sternum, le chant de la Rose, c'est le langage du premier Mystère, qui jaillit du coeur et éveille l'entendement dans le sanctuaire de la tête.

Et il est clair que celui qui se trouve encore dans le premier Mystère doit entreprendre le processus de préparation à l'entrée dans le deuxième Mystère.

Le deuxième Mystère attire l'attention sur le manteau astral, le manteau sidéral, le champ de respiration.

Là chacun doit apprendre à résister à toutes les forces du champ de respiration et à les vaincre.

Le champ de respiration, le manteau sidéral, doit être complètement purifié.

A un moment donné, C.R.C. aperçoit dans le lointain, un magnifique portail, le portail du Temple de l'Initiation, donnant accès à la Tête d'Or, le portail ouvrant sur le TEmple des Mystères, le sommet du Septuple Corps Vivant de l'Ecole Spirituelle actuelle.

Ce faisant, C.R.C. démontre qu'il est en mesure de parler le deuxième langage de l'Ame.

Il s'agit ici de sauter de la conscience spatio-temporelle à la conscience omniprésente, la véritable conscience de l'Ame.

Celui qui peut effectivement scruter cette conscience voit indubitablement devant lui la porte des Mystères universels.

A suivre.

À propos

“Nous sommes nombreux à avoir un regard différent, disons plus spirituel sur notre monde. Ce blog se veut un essai pour communiquer cette vision plus sereine et conforme à l’essence de l’être humain.”

Rédigé par Regards et Partage

Hébergé par Overblog