Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Regards et Partage...

Un regard plus spirituel

Publié par Gisèle sur
Publié dans : #Les Noces Alchimiques de Christian Rose-Croix.
Le premier jour, la veille de Pâques.

La veille de Pâques.

Un soir, la veille de Pâques, j'étais assis à ma table
et, après m'être entretenu avec mon Créateur en une humble
prière, selon mon habitude, et avoir médité beaucoup de grands
mystères (par lesquels le Père de la Lumière m'avait
amplement démontré Sa Majesté), j'allais préparer dans
mon coeur, avec mon cher agneau pascal, un pur pain sans
levain, quand, soudain, un vent si impétueux se leva que je
crus voir voler en éclat sous sa violence la montagne dans
laque
lle ma maisonnette était nichée.

Pourtant, comme rien de semblable ne m'était arrivé par le fait du diable

(lequel m'avait tourmenté maintes fois), je repris courage et

poursuivis ma méditation jusqu'au moment où, de façon
inhabituelle, quelqu'un me toucha le dos, ce qui m'effraya au
point que j'osai à peine tourner la tête; mais je ressentis de
la joie, pour autant que la faiblesse humaine le permît en
pareille circonsta
nce.


Lorsqu'on m'eut tiré par mon habit à plusieurs
reprises, cependant, je me retour
nai.

Une merveilleuse forme d'apparence féminine se trouvait là, vêtue d'une robe
bleue, somptueusement constellée d'étoiles d'or, comme l
e
ciel.

Dans sa main droite elle tenait une trompette d'or pur,
sur laquelle était gravé un nom, que je parvins à lire mais
qu'il m'est interdit de révéler; dans la main gauche, une grosse liasse de lettres écrites dans toutes les langues, qu'elle devait, comme je l'appris plus tard, porter
dans to
us les pays.

Elle avait aussi des ailes, grandes et
magnifiques, entièrement couvertes d'yeux, grâce auxquelles
elle pouvait s'élever dans les airs et voler plus vite que l'aigle.
J'aurais peut-être pu observer d'autres détails la concernant,
mais comme elle ne resta près de moi qu'un bref instant et
que je n'étais pas encore revenu de mon effroi et de ma
surp
rise, je dus y renoncer.

A peine m'étais-je retourné qu'elle chercha dans sa liasse et trouva enfin une petite lettre
qu'elle déposa avec respect sur la table; puis elle disparut
sans m
ot dire.

Mais en s'envolant, elle sonna si fort de sa
belle trompette que le son résonna dans toute la montagne
et que je restai dans l'impossibilité d'entendre
mes propres paroles pendant près d'un qu
art d'heure.

Tout être humain ne fait que se préparer sans cesse à la fête de la résurrection.

Tout être humain se prépare à l'avenir, ou rêve de l'avenir, sur un plan purement dialectique et social.

Il le faut bien puisque nous vivons là, dans ce monde, le monde de l'espace-temps, où chacun doit prévoir journellement l'avenir.

En quelques heures, "aujourd'hui" devient "hier" et "demain" devient "aujourd'hui".

C'est inéluctable.

Et comme, dans le monde de l'espace-temps, cette attente de l'avenir est la seule chose que nous possédions, nous sommes dépourvus de tout, et pauvres comme Job.

C.R.C. ne parle pas de la résurrection quotidienne sur le plan dialectique, il envisage la résurrection dans le nouveau champ de Vie.

Quand un homme possède une telle aspiration, chaque jour est pour lui "la veille de Pâques".

Animé par ce désir quotidien, il sait en effet que ce jour viendra.

On ne peut pas, et de loin, en dire autant des désirs dialectiques, c'est pourquoi la lutte est perpétuelle en ce monde.

Maintenant, si vous connaissez ce désir nouveau et actuel, si vous le ressentez un tant soit peu, vous savez qu'il entraîne une recherche, une recherche en vue de la satisfaire.

Tout désir engendre une tendance à le satisfaire, à l'assouvir.

Celui qui connaît ce désir supérieur et cette recherche, pour qui c'est déjà la veille de Pâques, est déjà en train de se préparer, avec son cher Agneau Pascal, un peu de pain pur et sans levain.

Car, connaissant déjà quelque chose de son désir d'accomplissement, et cherchant par conséquent à le satisfaire, il éprouve toutes sortes de déceptions dans ses efforts pour atteindre son but.

La réussite n'est pas immédiate.

Les déceptions sont nécessaires pour apprendre ce qui est utile et ce qui ne l'est pas.

Il s'ensuit une clarification, une purification.

Mais après de nombreuses tentatives pour préparer un "pain pur", soudain, à un moment donné, c'est la réussite.

La Lumière gnostique vous touche, et se mêle aux forces dialectiques, ce qui déclenche toujours un processus de fermentation.

A ce moment, votre tâche consiste à créer, à établir une nouvelle base de vie avec la force de Lumière gnostique, et cela en dehors du processus de fermentation.

Si l'on persévère dans l'effort, cette recherche, cette préparation et toutes les situations résultant du désir supérieur reçoivent tout à coup une réponse; un vent si impétueux se lève que le candidat en vient à penser : La montagne dans laquelle est nichée ma maisonnette va voler en éclats sous sa violence!".

Il faut bien comprendre la signification de cette tempête.

Il s'agit ici d'une tempête magnétique.

Tout homme vit d'une certaine force astrale, d'un certain champ magnétique.

La tempête en question se déclenche à la réception d'influences nouvelles, par l'entrée en liaison avec un champ magnétique différent, dont les radiations sont complètement opposées à celles de la nature ordinaire.

Expérience évidemment très remarquable et toujours extrêmement inquiétante.

Les radiations de cet autre champ magnétique sont assimilées par le coeur.

Leurs ondes et vibrations nous imprègnent d'une force correspondant à la pureté de notre sang, au degré de pureté de notre aspiration.

L'événement n'a pas lieu qu'une seule fois, mais bien des fois, comme en témoigne le récit de Christian Rose-Croix.

La chose n'est pas nouvelle pour lui, c'est pourquoi, d'ailleurs, elle ne l'inquiète plus.

Il arrive que certains, subissant la tempête magnétique pour la première fois, éprouvent une telle angoisse qu'ils repoussent, ou font mourir en eux, le pur désir, puis mènent ainsi une vie très malheureuse.

Si les efforts sont continus, un tel attouchement se produit à plusieurs reprises, puis cesse.

De nombreuses tempêtes s'élèvent et perdent ensuite de leur force.

Mais quand un chercheur de la vie nouvelle s'accorde sans cesse, d'une manière de plus en plus juste, à son désir supérieur, il vient un moment où la tempête s'élève, persiste et n'a plus à se calmer.

Les radiations du nouveau champ magnétique ne le quittent plus.

Elles restent sans cesse autour de lui, en lui, et prennent la direction de sa vie.

A partir de là, nous avons deux champs magnétiques.

Le nouvel influx a pour nom Virgo Lucifera, la Vierge porteuse de lumière.

Car c'est sous son influence, par son attouchement permanent, que naît la Vie nouvelle dans le nouveau Temple.

Avant d'en arriver là, beaucoup de choses doivent se passer.

Mais les bases sont jetées, les possibilités existent, c'est pourquoi l'entrée dans le Temple est présentée comme une invitation à laquelle on peut se rendre.

Or, dans un sens ou dans un autre, tout les candidats reçoivent l'invitation.

Beaucoup, du fait de leur apprentissage, ont reçu une invitation extérieure, qui n'en est pas moins une liaison.

Beaucoup connaissent la violence des tempêtes magnétiques, et ils peuvent dire qu'ils ont reçu une invitation intérieure.

Quoi qu'il en soit, tous ceux qui veulent prendre part à la Vie nouvelle doivent se préparer dans les plus brefs délais à recevoir pareille invitation.

Car le moment est venu !

Extrait du livre : Les Noces Alchimiques de Christian Rose-Croix,

le premier jour, la veille de Pâques. .J. Van Rijckenborgh.

A suivre : La lettre d'invitation.

À propos

“Nous sommes nombreux à avoir un regard différent, disons plus spirituel sur notre monde. Ce blog se veut un essai pour communiquer cette vision plus sereine et conforme à l’essence de l’être humain.”

Rédigé par Regards et Partage

Hébergé par Overblog