Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Regards et Partage...

Un regard plus spirituel

Du corbeau au phénix, le processus de renouvellement de l'homme.

Du corbeau au phénix, le processus de renouvellement de l'homme.

Lorsque le doute hante le coeur, l'âme subit la corrosion.

En elle disgrâce et beauté cohabitent, lâcheté et témérité la vêtent d'une robe blanche et noire semblable au plumage de la pie, persistant à puiser dans l'un puis dans l'autre, tant au ciel qu'à l'enfer.

L'inconstance sert sous la bannière noire des ténèbres tandis que la fidélité brandit la bannière blanche.

Ce mystère, d'essence subtile, l'homme stupide n'en peut rien soupçonner.

Le recours à la symbolique de la pie, bigarrée de blanc et de noir, pour représenter l'âme humaine, s'inscrit bien dans l'esprit du Moyen Age.

La poésie et l'art pictural de cette période en offrent de nombreux exemples.

Ultérieurement, les animaux des Mystères serviront aussi à décrire les différentes étapes du développement de l'âme.

Dans la tradition alchimiste, par exemple, les animaux symbolisent les diverses réactions chimiques produites dans les cornues et les transformations de l'âme qui y correspondent.

La masse sombre de la matière primordiale informe est symbolisée par un crapaud noir enchaîné à un aigle blanc.

Allégorie montrant que la lumière enchaînée doit se délivrer des ténèbres.

De même, le lion vert, le lion rouge, et le paon qui exhibe la polychromie de sa queue, représentent les réactions chimiques des éléments et des métaux en relation avec la progression de l'âme sur la voie de sa libération.

Le règne animal sert à illustrer les forces astrales que l'humanité libère au cours de son évolution.

De la même façon, il est possible de mettre en parallèle les comportements animaux.

La nature rend ainsi, à l'homme, un miroir à son âme.

Ces symboles des forces archétypales influent sur la conscience humaine et, pour cette raison, furent toujours appliqués aux Mystères.

Parmi tous les animaux des Mystères, se trouvent différentes sortes d'oiseaux.

Outre les oiseaux communs, figurent des bêtes fabuleuses qui sont des composites de divers animaux : par exemple, le griffon, moitié aigle, moitié lion.

Les oiseaux se meuvent dans les airs, mais aussi sur la terre, et représentent en symbolique, les liens qui unissent la terre et le ciel.

L'âme humaine n'est-elle pas, comme l'un de ces oiseaux, capable, à certains moments de concentration spirituelle, de s'arracher à la matière dense pour s'élever dans les sphères plus subtiles ?

Le plumage, clair ou sombre d'un oiseau, est déjà une indication de son appartenance au règne de la lumière, ou à celui des ténèbres.

La diversité qu'offre la nature peut, cependant, fournir matière à confusion.

La bigarrure du plumage de la pie symbolise la dualité de l'âme.

Dans les écrits alchimistes, les oiseaux des Mystères sont toujours représentés selon une ordonnance précise.

Un vieil ouvrage, " Le Musée Hermétique Réformé et Amplifié", de Herman van Sande 1677, comporte une illustration sur laquelle figure un cercle central, dont la moitié supérieure est occupée par la Hiérarchie céleste et le zodiaque.

Dans la moitié inférieure, s'alignent cinq oiseaux symbolisant les stades du développement spirituel.

Ce sont : le corbeau (ou bien la pie), le cygne, le basilic, le pélican et le phénix.

Chacun d'eux est à la pointe d'une étoile à cinq branches, tracée selon une ligne continue déterminant une progression ordonnée d'un oiseau à l'autre.

Ils symbolisent les cinq phases par lesquelles passe l'âme, en suivant le chemin de la transmutations alchimique du plomb en or.

Telle est la voie qui mène du corbeau au phénix, l'oiseau de feu, la voie qui l'âme doit emprunter pour se libérer de la matière.

Mais il faut bien penser que ces différentes phases peuvent se chevaucher.

Par exemple, le corbeau est-il encore présent que le phénix se dresse déjà.

En effet, le plan dense peut toujours obscurcir la conscience, tant qu'on n'a pas déposé le vêtement de chair dans la mort.

Ces antiques symboles n'ont rien perdu de leur puissance au cours des siècles.

Aujourd'hui comme toujours, le chemin de la libération emprunte la voie des oiseaux des Mystères.

Le poète russe, Alexandre Nizberg, fut très sensible à la beauté de ce langage symbolique.

Il s'inspira des images contemplées au Musée Hermétique.

Il les intégra à un cycle poétique qui, en toute conformité aux textes bibliques, inspira à H.A.Stamm sa cantate "Christ, céleste Phénix".

Prenons ces poèmes comme fil conducteur.

A suivre : Le Corbeau.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article